aberration


aberration

aberration [ aberasjɔ̃ ] n. f.
• 1753; « éloignement » 1633; lat. aberratio, par l'angl.
1État d'une image qui s'écarte de la réalité.
Astron. Déplacement apparent d'un corps céleste causé par les effets combinés du mouvement de l'observateur (translation de la Terre sur son orbite) et de la vitesse de la lumière. Opt. Défaut de l'image donnée par un instrument d'optique (lentille, miroir grossissant), ou par l'œil, dû à une irrégularité de forme (aberration géométrique, aberration de sphéricité), ou à une inégalité de réfraction des différentes fréquences du rayonnement (aberration chromatique). astigmatisme, irisation. Biol. Écart par rapport à l'espèce type. Aberration chromosomique : anomalie dans la formule chromosomique, à l'origine de diverses manifestations pathologiques (notamment mongolisme).
2(XVIIIe, cour. XXe) Déviation du jugement, du bon sens. égarement, folie. Un moment d'aberration. Une aberration : une idée, une conduite aberrante. ⇒ absurdité. C'est une véritable aberration.

aberration nom féminin (latin aberratio, de aberrare, s'écarter de) Accès de folie, égarement, grave erreur de jugement ; absurdité : C'est une aberration de laisser les enfants jouer près de la route.aberration (citations) nom féminin (latin aberratio, de aberrare, s'écarter de) Jean Dubuffet Le Havre 1901-Paris 1985 L'art est un département des aberrations. Prospectus et tous Écrits suivants Gallimardaberration (expressions) nom féminin (latin aberratio, de aberrare, s'écarter de) Aberration chromosomique, anomalie génétique d'un ou de plusieurs chromosomes, portant sur le nombre (trisomie, par exemple) ou la structure (délétion, translocation, etc.), atteignant un groupe de cellules (cellules cancéreuses), ou bien l'individu entier. ● aberration (synonymes) nom féminin (latin aberratio, de aberrare, s'écarter de) Accès de folie, égarement, grave erreur de jugement ; absurdité
Synonymes :
- absurdité
- errement
Contraires :
aberration nom féminin (anglais aberration, du latin aberratio, diversion) Phénomène optique dû au déplacement de la Terre dans l'espace et qui modifie la direction dans laquelle on observe les étoiles dans le ciel. Défaut qui altère la qualité des images données par un système optique. ● aberration (expressions) nom féminin (anglais aberration, du latin aberratio, diversion) Aberration visuelle, altération de l'image perçue par l'œil due à un défaut du système optique de cet organe.

aberration
n. f.
d1./d PHYS Déformation des images qui se produit à travers un système optique présentant des imperfections.
Aberration de la lumière: phénomène, dû à la rotation de la Terre sur elle-même (aberration diurne) ou autour du Soleil (aberration annuelle), qui se traduit, lors de l'observation d'un astre, par un écart par rapport à sa direction réelle.
d2./d MED Anomalie d'ordre anatomique, physiologique ou psychique.
|| Aberration chromosomique: anomalie relative à la constitution ou au nombre des chromosomes, qui peut être à l'origine de diverses maladies telles que la trisomie 21 (mongolisme).
d3./d écart de l'imagination, erreur de jugement. Il a commis cette faute dans un moment d'aberration.
|| Idée, façon d'agir contraire à la raison, au bon sens.

⇒ABERRATION, subst. fém.
Déviation, écart par rapport à la norme attendue.
A.— Sens propre. Dans divers domaines scientifiques :
1. ASTRON. Déviation apparente de la lumière envoyée par un astre, et que divers procédés permettent de corriger :
1. Enfin, il y a des circonstances qui peuvent nous donner la certitude que les mouvements relatifs et apparents proviennent du déplacement réel de tel corps et non de tel autre. Ainsi, l'aspect d'un animal nous apprendra par des symptômes non équivoques s'il est effectivement en repos ou en mouvement. Ainsi, pour rentrer dans l'exemple que nous prenions tout à l'heure, les expériences du pendule prouveront le mouvement diurne de la terre; le phénomène de l'aberration de la lumière prouvera le mouvement annuel; et l'hypothèse de Copernic prendra rang parmi les vérités positivement démontrées.
A. COURNOT, Essai sur les fondements de nos connaissances, 1851, p. 5.
2. ... ce sont les déplacements apparents des planètes sur la sphère céleste, l'aberration des étoiles fixes, la parallaxe de ces mêmes étoiles. Est-ce par hasard que toutes les planètes admettent une inégalité dont la période est d'un an, et que cette période est précisément égale à celle de l'aberration, précisément égale encore à celle de la parallaxe? Adopter le système de Ptolémée, c'est répondre oui; adopter celui de Copernic c'est répondre non; ...
H. POINCARÉ, La Valeur de la science, 1905, p. 273.
3. ... quand on pourrait le calculer, le déterminisme encore inexpliqué d'une aberration astronomique, ce n'est pas de la métaphysique, mais de la psychasthénie; tout mathématicien peut être démissionnaire à ses heures, et il n'y a rien à conclure de là. Mais le recours au je-ne-sais-quoi peut être aussi une négligence ou un dédain de l'esprit fort. Le logos a ses limites, et il faut bien en tenir compte.
V. JANKÉLÉVITCH, Le Je-ne-sais-quoi et le presque-rien, 1957, p. 37.
2. MATH. Aberration de courbure. Angle caractéristique de la courbure formé par la normale en un point d'une courbe avec la droite issue de ce point et partageant en deux parties égales une corde parallèle à la tangente et infiniment voisine. (Lar. encyclop.). Axe d'aberration. Centre de la conique ayant un contact du quatrième ordre avec la courbe au point considéré. Il est situé sur l'axe d'aberration. (Lar. encyclop.).
3. OPT. Défaut de l'image d'un objet vu à travers une lentille (aberration de sphéricité, aberration chromatique, aberration de distorsion, aberration d'astigmatisme) :
4. On arrive à corriger approximativement toutes ces aberrations en employant plusieurs lentilles de verres différents, accolées ou séparées par des intervalles d'air, et en disposant judicieusement le diaphragme en avant, en arrière ou entre les lentilles.
R. GIACOMINI (Encyclopédie générale Larousse, t. 2, 1968, p. 494).
B.— P. ext.
PATHOL. Anomalie, déviation hors de l'état normal, égarement des sens, troubles du cerveau (cf. hist. B 2) :
5. Dans des cas d'hallucination, on croit voir des spectres, des fantômes; et alors ce n'est plus l'état maladif ou anormal de la rétine ou du nerf optique qui vicie les impressions du cerveau, c'est l'état maladif ou anormal du cerveau qui réagit sur les appareils nerveux placés dans sa dépendance, et qui en pervertit les fonctions. De pareilles aberrations de la sensibilité, qui appartiennent en quelque sorte à l'état normal, vu la fréquence et la quasi-périodicité de leur retour, produisent des songes. Tout cela n'est évidemment qu'illusion, fausse apparence, tenant sans doute à des lois manifestes ou cachées qui régissent notre propre sensibilité, mais sans liaison avec aucune réalité extérieure, ...
A. COURNOT, Essai sur les fondements de nos connaissances, 1851, p. 9.
6. ... nul ne savait mieux que lui reproduire avec son matériau les particularités des physionomies ou les aberrations des organes et les détériorations des chairs.
R. QUENEAU, Pierrot mon ami, 1942, p. 64.
PHILOS. Caractère d'un phénomène aberrant, c'est-à-dire qui s'écarte de la règle générale et constitue une exception (FOULQ-ST-JEAN 1962) :
7. ... cette faculté, appelez-la comme il vous plaira, esprit, raison, pensée, intelligence, entendement. Locke l'appelle entendement. Il suit de là qu'une sage philosophie, au lieu de se servir aveuglément de l'entendement et de l'appliquer à l'aventure, doit l'examiner d'abord, et rechercher quel il est et ce qu'il peut, sans quoi elle s'expose à des mécomptes et à des aberrations sans nombre.
V. COUSIN, Hist. de la philosophie du XVIIIe siècle, t. 1, 1829, p. 97.
8. Longtemps encore après que les modernes se furent créé des moyens d'observation plus parfaits, il resta de nombreuses causes d'aberration, qui défaçonnaient et altéraient de couleurs étrangères les contours des objets.
E. RENAN, L'Avenir de la science, 1890, p. 276.
9. Le spectacle de ce que furent les religions, et de ce que certaines sont encore, est bien humiliant pour l'intelligence humaine. Quel tissu d'aberrations! L'expérience a beau dire « c'est faux » et le raisonnement « c'est absurde », l'humanité ne s'en cramponne que davantage à l'absurdité et à l'erreur. Encore si elle s'en tenait là!
H. BERGSON, Les Deux sources de la morale et de la religion, 1932, p. 105.
10. Mais l'émotivité est aussi à la source de diverses aberrations religieuses. Toutes les exaltations s'y nourrissent, depuis les délires hystériques collectifs, rituels dans quelques sectes, jusqu'aux fièvres malsaines de certaines piétés.
E. MOUNIER, Traité du caractère, 1946, p. 740.
C.— L. com. Déviation du jugement par rapport au bon sens ou à des habitudes de pensée ou de sentiment prises comme norme; erreur, à la limite absurdité, folie :
11. Son cerveau était un milieu particulier : les idées qui le traversaient en sortaient toutes tordues. La réflexion qui provenait de cette réfraction était nécessairement divergente et déviée. De là mille illusions d'optique, mille aberrations de jugement, mille écartsdivaguait sa pensée, tantôt folle, tantôt idiote.
V. HUGO, Notre-Dame de Paris, 1832, p. 179.
12. Cet amour idéal pour le Christ n'est sans danger que dans l'âge où les passions humaines sont muettes. Plus tard il prête aux aberrations du sentiment et aux chimères de l'imagination troublée. Nos religieuses anglaises n'étaient pas mystiques du tout, heureusement pour elles.
G. SAND, Histoire de ma vie, t. 3, 1855, p. 196.
13. Mais, pour l'amour de Dieu, dites-moi par quelle étrange association d'idées, par quelle surnaturelle aberration d'esprit, vous avez été conduit à écrire le nom de la Nouvelle-Zélande pour le nom de l'Australie?
J. VERNE, Les Enfants du capitaine Grant, t. 3, 1868, p. 198.
14. ... tel autre jour, pour parler en deuxième et dernier lieu de choses subjectives, son âme présenta au regard investigateur de la psychologie, je ne vais pas jusqu'à dire une aberration de la raison (qui, cependant, n'en serait pas moins curieuse; au contraire, elle le serait davantage), mais, du moins, pour ne pas faire le difficile auprès de certaines personnes froides, qui ne me pardonneraient jamais les élucubrations flagrantes de mon exagération, un état inaccoutumé, assez souvent très grave, qui marque que la limite accordée par le bon sens à l'imagination est quelquefois, malgré le pacte éphémère conclu entre ces deux puissances, malheureusement dépassée ...
LAUTRÉAMONT, Les Chants de Maldoror, 1869, p. 274.
15. Tolstoï parle quelque part de ces « influences épidémiques », qui règnent en religion, en philosophie, en politique, en art et en science, de ces « influences insensées, dont les hommes ne voient la folie que lorsqu'ils en sont débarrassés, mais qui, tant qu'ils y sont soumis, leur paraissent si vraies qu'ils ne croient même pas nécessaire de les discuter ». Ainsi, la passion des tulipes, la croyance aux sorciers, les aberrations des modes littéraires. — La religion de la raison était une de ces folies.
R. ROLLAND, Jean-Christophe, La Foire sur la place, 1908, p. 759.
16. J'étais premier. J'aimais la gloire, mais je n'étais pas fait pour elle. Je supportai mal la mienne. Son premier rayon qui me frappait d'une façon si inattendue m'échauffa la tête. Je devins fat; par une aberration monstrueuse de ma raison, je trouvai naturel d'être le premier de ma classe, quand, en réalité, c'était hors de toute règle et de toute prévision.
A. FRANCE, La Vie en fleur, 1922, p. 364.
17. Dès l'origine tout ce qu'il y a de représentatif, c'est-à-dire de théâtral, dans la série complète des symboles par lesquels se réalise spirituellement le grand œuvre, en attendant qu'il se réalise réellement et matériellement, et aussi dans les écarts et errements de l'esprit mal informé, autour de ces opérations et dans le dénombrement on pourrait dire « dialectique » de toutes les aberrations, phantasmes, mirages et hallucinations par lesquels ne peuvent manquer de passer ceux qui tentent ces opérations avec des moyens purement humains.
A. ARTAUD, Le Théâtre et son double, 1938, p. 59.
Rem. L'ex. 11 montre le passage de l'emploi A à l'emploi C.
Stylistique — Au sens propre, aberration est localisé dans la lang. sav. Alors que aberrer et aberrance sont peu usités, aberration est, comme aberrant, très vivant dans l'emploi fig. Comme tous les mots de la famille morphol., il a, dans cet emploi, une coloration dépréc. :
18. Essayez, en effet, de vous représenter l'absurdité monstrueuse, l'aberration satanique délimitée comme il suit. Une armée qui fut, autrefois, victorieuse du monde et qu'on croyait grande autant qu'invincible, il y a si peu de temps encore, est absolument vaincue.
L. BLOY, Journal, 1900, p. 219.
Le contraire est exceptionnel :
19. Il [son frère] avait conservé, de la très petite enfance, cette aberration douce, cette paisible sauvagerie qui garde l'enfant tout jeune contre la peur de la mort et du sang.
COLETTE, La Maison de Claudine, 1922, p. 94.
Prononc. ET ORTH. :[]. WARN. 1968, et Harrap's 1963, notent la possibilité d'une prononc. avec l'r géminé. D'apr. FOUCHÉ Prononc. 1959, p. 319, en fr. le groupe RR ,,se prononce toujours [R']`` c.-à-d. ,,[R] légèrement plus long et plus fort. Ex. : arracher, arriver...``. KAMM. 1964 recommande la prononc. r double dans les mots sav. ou rares : aberration, erratique, corroder (Guide pratique de la prononciation, 1964, § 62). Cf. aberrer. Enq. ://. A.— Prononc. de l'-rr-. — A part FÉR. Crit. 1787 et FÉL. 1851, isolés également pour le timbre du e, cf. B, tous les dict. transcrivent la prononc. avec r géminé jusqu'à PASSY 1914 qui donne le redoublement pour facultatif comme le feront désormais les dict. jusqu'aux Pt ROB. et Pt Lar. 1968, qui optent pour r simple. D'apr. THUROT Prononc. t. 2, 1883, p. 380, ,,la prononciation de l'r double dans les mots français est enseignée par les auteurs jusqu'en 1660 environ.`` Cependant, il y a confusion entre la prononc. de l'r simple et de l'r double. Cf. Vaugelas cité par THUROT (t. 2, p. 374) : ,,Plusieurs parisiens... prononcent l'r simple et douce comme double et forte, l'r double comme simple; car ils disent burreau pour bureau et arest pour arrest.`` Pour FOUCHÉ Phonét. 1952, p. 863, ,,il est permis de croire (...) que le changement de r géminé en r (r d'abord long, puis de durée normale) est aussi ancien à Paris que dans les provinces. Ici et là, il peut avoir débuté dans la seconde moitié du XIIe siècle. Mais la langue savante s'est opposée à cette innovation et il a fallu attendre longtemps avant qu'elle l'accepte.`` D'autre part, par création de nouveaux groupes (ID., ibid., p. 880), ,,il ne semble pas qu'on puisse parler de géminées [r/r] (...) dans les mots venus du latin. On n'a eu probablement là que des consonnes longues, [r:] (...) appartenant tout entières à la même syllabe (...). Seul [r:] a persisté dans les mots comme aberration, abhorrer, concurrence, etc.`` B.— Timbre de l'[] : []. — Les dict. transcrivent la 2e syllabe avec [] ouvert à l'exception de FÉR. Crit. et de FÉL. 1851, qui notent [e] fermé. Pt ROB. note [] pour le mot aberration et [e] pour le verbe aberrer [a b e r e]. Le timbre [] ouvert s'explique par l'évolution phonét. normale du mot : ,,... dans les mots du type (...) errer < iterare l'e se trouvant encore (...) en syllabe fermée par le premier élément de la géminée, rr, qui ne s'était pas simplifiée, s'est ouvert normalement en []. Le timbre [] s'est conservé jusqu'aujourd'hui, malgré la simplification de cette géminée, survenue après coup.`` (FOUCHÉ Phonét., p. 430). D'autre part, FOUCHÉ Prononc. 1959, p. 71, étend la prononc. de [] ouvert suivi de 2 r de la position accentuée à la position inaccentuée : ,,L'[] accentué devenu inaccentué, reste toujours ouvert et continue à s'écrire e. L'harmonisation vocalique ne joue pas.``
Étymol. — Corresp. rom. : ital. aberrazione; esp. aberración; port. ; cat. aberraciò; roum. aberatie.
1. 1624 « action de s'écarter » (Ph. DAQUIN, Discours des sacrifices de la loy mosaïque, 52 ds R. hist. litt. Fr., I, 52 : un desvoyement et aberration du vray chemin); 2. 1733, 20 juin « phénomène par les effets duquel les étoiles sont vues de la terre dans une direction différente de celle où elles sont réellement », terme d'astron. (VOLT., éd. Moland, Corresp., I, 354 : Nous mettons tous les ans plus d'industrie et plus d'invention dans nos tabatières et dans nos autres colifichets que les Anglais n'en ont mis à se rendre les maîtres des mers, à faire monter l'eau par le moyen du feu et à calculer l'aberration de la lumière); 1738 « id. » (VOLTAIRE, El. de philos. de Newton, II, 1 ds LITTRÉ : L'étoile pouvait donner quelque marque d'aberration); 3. 1798 terme d'optique (Ac. :On appelle en Optique, Aberration, L'espace qu'occupent autour d'un foyer d'un verre ou d'un miroir, les rayons qui ne s'y sont pas exactement réunis); 4. a) 1775, mars « action de s'écarter des règles; fourvoiement », emploi fig. (Correspondance littéraire, philosophique et critique, Grimm, Diderot, Raynal, Meister etc., t. 11, p. 56, éd. Garnier frères 1879 : mars 1775, Le traité des sensations est un chef-d'œuvre dans ce genre; mais il y a loin du talent de simplifier un principe, et de suivre strictement la chaîne des conséquences qui paraissent en résulter, au talent d'appliquer le principe avec justesse, et de calculer, si j'ose m'exprimer ainsi, toutes les aberrations auxquelles il peut être sujet dans la pratique [en parlant de l'ouvrage de l'abbé de Condillac.]; b) 1835 (Ac. :signifie, au sens moral, Écart d'imagination, erreur de jugement. Les aberrations de l'esprit humain. L'aberration de ses idées est étrange. Les aberrations de cet écrivain sont singulières. On dit de même, l'aberration des sens.).
1 dér. du lat. aberrare ou du fr. aberrer; cf. aussi lat. médiév. aberratio « erreur, péché » (an. 1081 GEBEHARDUS, Ad Hermannum, 2 ds Mittellat. W. s.v.), lat. class. seulement au sens « possibilité de s'éloigner, diversion » (TLL, s.v.); 2 empr. à l'angl. aberration, terme exprimant le phénomène décrit par l'astronome angl. James Bradley en déc. 1728 (ds Philosophical Transactions, t. 35, n° 406, n° IV : A Letter... giving an account of a new discovered motion of the fix'd stars où ce phénomène est appelé alteration), peut-être par l'intermédiaire du lat. sc. (lat. aberratio empl. par l'astronome ital. Manfredi en 1730 d'apr. DG); terme transposé par Chambers au domaine de la phys. en 1753 (CHAMBERS, Cycl. Supp., ds NED :There are two species of the aberrations of rays... one arising from the figure of the glass or speculum, the other from the unequal refrangibility of the rays of light), passé en lat. sc. (1760, SAMUEL KLINGENSTIERNA, De aberratione luminis in superficiebus et lentibus sphericis refractorum, ds Philosoph. Transactions, t. 51, part. II, n° LXXXVI, p. 944) et de là en fr. (3); orig. de 4, difficile à déterminer : écart chronol. rend difficilement acceptable hyp. de l'ext. du sens 1 (DAUZAT 1964); peut-être emploi fig. de 2, 3; plus prob. empr. au sens fig. de l'angl. aberration (dep. 1594 « fourvoiement, infraction » — domaine moral — et d'autre part dep. 1610-1631 au sens 1; dep. 1823 au sens 4 b — MACK., I, 166; NED.
HIST. — Un seul sens et plusieurs accept. Le mot apparaît au XVIIe s. avec son accept. propre mais dans un cont. fig. Au XVIIIe s. il disparaît dans cette accept. pour se spécialiser dans les lang. techn. de l'astron. et de l'optique. Puis il repasse dans la lang. commune à la fin du XVIIIe s., uniquement dans une accept. fig., et est considéré comme un néol. : Néologisme qui prendra je crois. FÉR. Ce mot n'a pris le sens figuré que dans le courant du XVIIIe siècle; il s'introduisit grâce à l'usage qu'on en faisait dans le langage scientifique. LITTRÉ.
I.— Disparitions av. 1789. — Accept. propre gén.; une attest. isolée au XVIIe s. dans un cont. fig. (cf. étymol. 1).
II.— Hist. des accept. attestées apr. 1789. — A.— Sém. A (accept. propre dans des lang. techn.). 1. Astron., 1re attest. 1733 (cf. étymol. 2), subsiste : L'aberration des étoiles dépend de la vitesse de leur lumière, combinée avec celle de la terre dans son orbite. LAPLACE, Exp., IV, 17 (Littré). XIXe et XXe s. cf. sém. A 1. — Rem. LAF. précise : Aberration, du latin aberratio — d'aberrare, s'écarter — était avant le commencement de ce siècle un terme d'astronomie seulement. Trév. 1752 en effet ne donne que ce sens et l'explique très longuement. 2. Optique, 1re attest. 1798 (cf. étymol. 3), subsiste aux XIXe et XXe s. (cf. sém. A 2). 3. Math. Terme attesté au XXe s. uniquement ds Lar. encyclop. et Lar. 3 (cf. sém. A 3). B.— Sém. B et C. 1. Emploi gén., 1re attest. 1775 (cf. étymol. 4 a) : L'emploi au sens d'erreur est récent, sa généralisation souhaitable, aberration exprimant « L'action d'errer » au lieu qu'erreur « se prend dans le sens passif, effet de cette action ». Dict. de l'Acad. revu par Laveaux [1802], (Journet-Petit). 2. Emplois techn. : a) pathol. (à mi-chemin entre l'emploi propre et l'emploi fig.), 1re attest. 1851; b) biol., 1re attest. ds Lar. encyclop.
STAT. — Fréq. abs. litt. :225. Fréq. rel. litt. :XIXe s. : a) 224, b) 301; XXe s. : a) 515, b) 293.
BBG. — BADER-TH. 1962. — BOUILLET 1859. — CHESN. 1857. — Électron. 1963-64. — FOULQ.-ST-JEAN 1962. — GARNIER-DEL. 1961. — HUSSON 1964. — JULIA 1964. — LAITIER 1969. — LAL. 1968. — LITTRÉ-ROBIN 1865. — NYSTEN 1814-20. — PIÉRON 1963. — PRIVAT-FOC. 1870. — Sc. 1962. — SÉGUY 1967. — UV.-CHAPMAN 1956.

aberration [abɛʀɑsjɔ̃] n. f.
ÉTYM. 1624, « action de s'écarter »; du lat. aberratio.
1 Didact. État d'une image qui s'écarte de la réalité.(1733). Astron. Effet d'optique par lequel on voit un astre dans une position un peu différente de sa position actuelle, à cause du temps que sa lumière met à nous parvenir, et de la rotation de la Terre. || L'aberration des étoiles fixes.(1798). Opt. Tout défaut de l'image donnée par un système optique (lentille, objectif, miroir grossissant), ou par l'œil, dû à une irrégularité de forme (aberration géométrique, aberration de sphéricité), ou à une réfraction inégale des radiations de longueurs d'onde différentes des différentes couleurs (aberration chromatique). Astigmatisme, irisation.
Biol. Écart par rapport à l'espèce type. → Aberrant, cit. 2. || Aberration chromosomique : anomalie dans la formule chromosomique, à l'origine de diverses manifestations pathologiques (notamment mongolisme).
2 (1775, d'abord dans l'usage didact. et savant; cour. au XXe, comme aberrant). Égarement des sens. Trouble. || Aberration de la vue. Déviation du bon sens; dérangement, désordre mental. Égarement, folie. || Un moment d'aberration. || Sombrer dans l'aberration.
1 Si dans un premier instant d'aberration, je vous ai parlé autrement que je ne vous parle, je vous demande de me le pardonner. J'ai été fou.
Paul Bourget, Un divorce, V, p. 184.
(Une, des aberrations). Idée, conduite aberrante. Absurdité, anomalie, folie. || C'est une aberration, une véritable aberration. || Un tissu d'aberrations. || Des aberrations de jugement, de sentiment, d'esprit.
2 Il faut d'ailleurs, avant d'aller plus loin, remarquer l'affection étrange que tous les livres traitant de la matière alchimique professent pour le terme de théâtre, comme si leurs auteurs avaient senti dès l'origine tout ce qu'il y a de représentatif, c'est-à-dire de théâtral, dans la série complète des symboles par lesquels se réalise spirituellement le Grand Œuvre (…) et aussi dans les écarts et errements de l'esprit mal informé, autour de ces opérations et dans le dénombrement on pourrait dire « dialectique » de toutes les aberrations, phantasmes, mirages et hallucinations par lesquels ne peuvent manquer de passer ceux qui tentent ces opérations avec des moyens purement humains.
A. Artaud, le Théâtre et son double, Idées/Gallimard, p. 72-73 (1938).
CONTR. (Du sens 1.) Norme, normalité. — (Du sens 2.) Bon sens, raison.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Aberration — has several meanings:*An abnormality of chromosomes *A disorder in one s mental state (see Mental illness) In optics: *Optical aberration, an imperfection in image formation by an optical system **Spherical aberration, which occurs when light… …   Wikipedia

  • Aberration — Ab er*ra tion, n. [L. aberratio: cf. F. aberration. See {Aberrate}.] 1. The act of wandering; deviation, especially from truth or moral rectitude, from the natural state, or from a type. The aberration of youth. Hall. Aberrations from theory.… …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Aberration [1] — Aberration (Abirrung), a) des Lichts. Die Aberration des Fixsternlichts, entdeckt von James Bradley 1727 [1], besteht in einer scheinbaren jährlichen Bewegung aller Fixsterne in Ellipsen, die wir als schiefgesehene Kreisbahnen von 41 Sekunden… …   Lexikon der gesamten Technik

  • Aberration — (von lateinisch aberratio Abirrung , Abweichung ) steht für: Aberration (Astronomie), scheinbare Ortsveränderung von Gestirnen durch die Endlichkeit der Lichtgeschwindigkeit Aberration (Gravitation), ein für newtonsche Gravitation bei zu geringer …   Deutsch Wikipedia

  • Aberration [2] — Aberration (Abirrung) des Lichts. Die Aberration des Lichts der Fixsterne wurde von James Bradley 1728 gefunden, als er nach der jährlichen Parallaxe der Fixsterne suchte. In dieser jährlichen Parallaxe – einer durch die Bewegung der Erde um …   Lexikon der gesamten Technik

  • Aberration — Aberration, (Abirrung des Lichts). Der Umstand, daß auch das Licht, das von den Sternen zu uns strahlt, eine bestimmte Zeit braucht, um einen bestimmten Raum zu durchlaufen, gleichzeitig damit aber auch die Erde sich bewegt, verursacht, daß wir… …   Herders Conversations-Lexikon

  • aberration — 1 *deviation, deflection Analogous words: abnormality, aberrancy (see ABNORMAL): *error, blunder, mistake, slip, lapse: *fault, failing: anomaly (see PARADOX) Antonyms: conformity: regularity Contrasted words: normality (see …   New Dictionary of Synonyms

  • aberration — [ab΄ər ā′shən] n. [L abberatio < aberrare: see ABERRANT] 1. a departure from what is right, true, correct, etc. 2. a deviation from the normal or the typical 3. mental derangement or lapse 4. Astron. a small, periodic apparent change in the… …   English World dictionary

  • aberration — [n1] state of abnormality delusion, eccentricity, oddity, peculiarity, quirk, strangeness, weirdness; concept 647 Ant. conformity, normality, regularity, soundness aberration [n2] different from that expected departure, deviation, difference,… …   New thesaurus

  • Aberration — oder Abirrung des Lichts, eine von Bradley an den Fixsternen 1725 entdeckte und 1728 ihrem Grunde nach erkannte jährliche scheinbare Verschiebung der Himmelskörper, so daß z.B. jeder Fixstern um seinen wirklichen Standpunkt jährlich eine kleine… …   Kleines Konversations-Lexikon


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.